Notre Présidente parle de la limitation de vitesse à 80 km/h

Interview de Geneviève Potier présidente de la "Ligue contre la violence routière Bretagne" par  Le Télégramme, sur l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes sans séparateur central. - 6 juillet 2018

Geneviève Potier a perdu son fils dans un grave accident de voiture en 1991. La présidente de la ligue contre la violence routière du Morbihan n’a cessé depuis de sensibiliser aux risques de la route. Elle revient pour Le Télégramme sur l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les départementales.

 
 

Vous êtes favorables à la limitation à 80 km/h. Pourquoi ?

Geneviève Potier : Je conduis depuis l’âge de 18 ans et je me suis rendu compte que les gens qui roulent en dépassement de vitesse n’y gagnent rien. Je vais vous donner un exemple. J’ai beaucoup roulé entre Amiens et Vannes. Et même lorsque j’étais à 130 km/h sur l’autoroute je me faisais klaxonner par des gens à 140/150 derrière moi. Je finissais par les retrouver au premier feu rouge à l’entrée de Rouen. Donc rien ne sert de courir, il faut partir à point ! Et cela peut permettre de sauver des vies. Je vais même aller plus loin : je pense que sur certains tronçons de Vannes on pourrait même limiter la vitesse à 70 km/h. Sur certains axes, le temps de midi, quand les gens rentrent chez eux pour manger, ils roulent très vite, bien plus qu’à 90 km/h. Or les routes sont étroites, et les bas-côtés sont dangereux. Il faut parfois bien viser pour ne pas partir dans le fossé parce que les gens arrivant en face ne ralentissent pas.


La mesure est très impopulaire. Comment l’expliquez-vous ?

Geneviève Potier  On dit souvent que c’est quelque chose qui a été imposé arbitrairement par un seul homme à Matignon. Je représente une association et je me dois de rester neutre sur le plan politique. Mais il est faux de dire qu’Édouard Philippe a décidé ça tout seul. Il y a des gens qui ont travaillé, qui ont fait des tests etc. Et puis les gens ne se rendent pas toujours compte du danger tant que rien ne leur est arrivé. Je fais beaucoup d’interventions dans les écoles. J’apporte souvent un réactiomètre qui permet de mesurer le temps de réaction entre l’apparition d’un obstacle et l’arrêt effectif du véhicule. Et c’est très révélateur. Et la distance parcourue en fonction du temps de réaction varie entre 12 et 14 mètres. Vous avez largement le temps d’écraser quelqu’un.

Mais alors pourquoi une telle colère pour 10 km/h de moins ?

Geneviève Potier  Si vous lisez les quotidiens de toute la France un matin et que vous totalisez le nombre de morts sur les routes, vous obtiendrez le bilan d’une journée de guerre ! Cela n’avait pas plu aux militaires quand je l’avais dit, mais c’est bien réel. Pourtant les accidents de voiture ne font que quelques lignes dans la rubrique fait divers. En revanche, une manifestation de motards en colère fera les gros titres. Les Français sont fâchés, parce qu’ils ont une habitude de l’à peu près, ils n’aiment pas qu’on leur impose des choses. Cela a été la même chose à chaque nouvelle mesure, or chaque nouvelle mesure a permis une baisse de la mortalité sur les routes.

On reproche aussi à Édouard Philippe de baser cette mesure sur une étude qui a été menée pendant une durée très courte avec même une moyenne des accidents qui repartait à la hausse, selon l’association 40 Millions d’automobilistes…

Geneviève Potier  C’est toujours facile pour les opposants de monter un détail en épingle et d’amener de l’eau à leur moulin. Pour cette étude, il faudrait en réalité regarder les résultats secteur par secteur. Car tout a été englobé dans un même résultat alors que, sur certains tronçons accidentogènes, on a en fait été en diminution de victimes.

Certaines personnes ont la sensation que la sécurité routière est aussi devenue une manière de leur prendre de l’argent. Vous répondez quoi à ça ?

Geneviève Potier  Puisque l’on n’arrive pas à rendre les gens raisonnables, c’est malheureux, mais je crois qu’il faut frapper là où ça fait mal. Si on veut préserver son portefeuille, il suffit de respecter les limitations de vitesse.

Ajouter un commentaire